Au marché chinois

15 Oct

J’allais faire une blagounette chinoise pour commencer ce post mais après avoir découvert aujourd’hui dans les Inrocks l’article racisto-pourri du Point, dont le summum du pire rappelons-le, c’est ça :

Après cet article donc, je ne suis que solidarité et point (hu hu) de blagounette je ne ferai. Et ouais. On a des principes, ou on n’en a pas.

Ce week-end donc, Bijou et moi accomplîmes enfin ce qui fut tout le mois dernier notre mission pour le week-end. « Cette fois-ci », nous disions-nous pleins de bonne volonté et de détermination à toute épreuve tous les vendredis (mais en vain), « qu’il pleuve qu’il vente, nous irons au Kineski Centar. »

Le Kineski Centar, ou pour les non-initiés à la langue serbe le centre chinois, c’est un gros marché couvert situé dans la banlieue de Belgrade (comprendre loin, comprendre c’est pour ça qu’on a mis un mois à y aller).

On y trouve de tout : des prises, des poupées, des serpillères, des clous, des soutiens-gorges, des horloges, (je continue ?) des fleurs, des gants, des pizzas (bon d’accord), et, et surtout, l’objet de notre visite, une épicerie chinoise.

Laissez-moi vous dire en effet que, comme la majorité des filles, je raffole de nourriture chinoise voire asiatique et souhaitais de tout cœur me procurer sauces et autres épices afin que Bijou (je ne sais pas cuisiner) apprenne à préparer les délicieux  mets dont je voulais tant me sustenter.

Les plus mauvais souligneront qu’il aurait été malin de se renseigner avant de se rendre au marché (c’est pas comme si on y était allés à l’improviste en plus) sur ce dont doit se doter celui qui envisage de mijoter de délicieux petits mets asiatiques.

Parce que pour battre des mains de joie à la simple pensée du Pad-Thai à venir, y a du monde. Par contre pour savoir ce qu’il y a dans le Pad-Thai à part des spaghettis là, on entend les mouches voler.

Y avait un truc que je connaissais, auquel je m’accrochais comme une moule à son rocher, c’est la fish sauce. Ça, j’en été convaincue, y en a plein dans le Pad-Thai.

Mais apparemment, la madame du stand elle comprenait pas.

–  Petit aparté pour les amateurs de trucs marrants : Une Française (Bijou s’y est mis aussi mais je ne révèlerai pas sa nationalité par respect pour son intimité) (il parle anglais) et une Chinoise qui essaient de se comprendre en serbe-tout-pourri, c’est marrant. –

J’avais beau répéter « fish sauce, fish sauce » et ce que je pensais être son équivalent serbe, la madame elle répétait « Soja sauce, soja sauce ». On a finit par en acheter du coup, même si c’est le seul ingrédient qu’on avait déjà parce que y en a dans les supermarchés locaux. Mais bon, la nôtre elle vient de Chine, alors c’est pas pareil.

(Sinon, désœuvrés que nous étions,  on a acheté un peu n’importe quoi, genre des épices pour « se débarrasser du gout poissonneux ou bizarre » de votre plat.)

Jure. Genre les mecs ils croient que c’est moi qui vais cuisiner.

Publicités

Une Réponse to “Au marché chinois”

  1. Bolino 16 octobre 2012 à 11:21 #

    Chinese people, they eat everything (entendu 8 fois au Népal)

Oui?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :